fbpx

L’UTC organise : International Conference on Entrepreneurship, Innovation and Family Business (ICEIFB)

Carthage Business School à l’UTC – Université Tunis Carthage, en collaboration avec l’Université du Québec à Montréal, l’Université d’Ottawa, l’Université de Turin, et Paris School of Business, organise, du 16 au 18 avril 2020 à la Carthage Business School de l’UTC, l’International Conference on Entrepreneurship, Innovation and Family Business (ICEIFB).

Cet événement a pour objectif de fournir aux universitaires, aux décideurs et aux praticiens un précieux forum pour la discussion et l’analyse critique des principaux enjeux et défis liés à tous les domaines de l’entrepreneuriat, de l’innovation et des entreprises familiales.

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) et les pays africains deviennent des acteurs de plus en plus attrayants dans l’économie mondiale. Depuis la crise économique de 2008 et le Printemps Arabe, divers pays ont tenté de transformer leurs normes économiques, culturelles et sociales pour devenir plus compétitifs et innovants. Ces récentes transformations ont généré un contexte unique, mais sous-exploré, qui regorge d’idées sur la façon de favoriser l’innovation et les capacités entrepreneuriales dans ces pays (Mellahi et al, 2011 ; Balakrishnan, 2013).

De nos jours, l’esprit d’entreprise représente un moteur essentiel des économies modernes. L’esprit d’entreprise agit comme un catalyseur crucial pour le développement économique du continent africain et des pays du Moyen-Orient. Cependant, l’importance de l’esprit d’entreprise et ses contributions varient selon les contextes socio-économiques. Bien que ces pays opèrent dans des environnements différents (social, économique, institutionnel et technologique) et présentent des particularités nationales importantes dans certains aspects de la filière entrepreneuriale, il existe néanmoins de nombreuses similitudes. Les pays de ces régions sont tous deux confrontés à des défis très similaires et ont des opportunités équivalentes. Les deux régions ont les parts de population jeune les plus élevées au monde, ainsi que les taux de chômage des jeunes les plus élevés. En outre, dans les régions d’Afrique et de la région MENA, les intentions entrepreneuriales, les taux d’entrepreneuriat trop précoce et les activités entrepreneuriales motivées par la nécessité sont les plus élevés au monde.

Malheureusement, ces niveaux élevés d’enthousiasme sont contrebalancés par un nombre élevé d’entreprises en faillite et un potentiel de croissance limité pour les entreprises qui survivent. Les obstacles qui empêchent l’entrepreneuriat de prospérer vont du manque de soutien gouvernemental, faibles compétences entrepreneuriales, difficultés d’accès au financement, des exigences bureaucratiques, des conditions réglementaires restrictives et biaisées, le manque de recherche et de développement, la corruption et les contraintes sociales.

Il est donc urgent de construire un écosystème sain et solide dans la région MENA et dans les pays africains qui nourrit, encourage et soutient les individus à aller de l’avant avec leurs intentions et leurs actions entrepreneuriales. En particulier, il devient nécessaire de déployer plus efficacement dans ces régions des actifs humains, naturels, technologiques et financiers substantiels en adoptant des politiques économiques, éducatives et sociales qui créent une croissance économique durable et inclusive et des sociétés prospères qui offrent des opportunités à tous. Il est essentiel que les décideurs et les experts s’attachent à créer un environnement propice à l’émergence, à la compétitivité et à la croissance des entrepreneurs et des innovateurs. Il est également nécessaire de mettre en place des systèmes d’éducation à l’entrepreneuriat plus efficaces, des programmes de transfert de technologie et des mécanismes d’incubation et d’accélération des entreprises pour accroître la connaissance des concepts commerciaux, acquérir un esprit d’entreprise, soutenir les entrepreneurs naissants et améliorer les pratiques de gestion novatrices pour permettre aux entreprises de croître. L’accent mis sur la promotion d’un climat propice à l’esprit d’entreprise devrait se poursuivre afin de créer et de renforcer les liens entre les différents acteurs au sein de l’écosystème entrepreneurial.

Thématiques :

  • Entrepreneuriat et développement régional
  • L’entreprenariat et l’implication de l’écosystème MENA
  • L’entreprenariat et la gestion des connaissances en Afrique et dans les pays de la région MENA
  • L’esprit d’entreprise et  » l’essor du marketing d’influence moderne « 
  • Universités entrepreneuriales et formation à l’entrepreneuriat
  • L’entreprenariat et la gestion d’entreprise familiale en Afrique et dans les pays de la région MENA
  • Rôle de la famille sur les stratégies de nouvelles entreprises
  • Facteurs institutionnels sur le développement de l’entreprise familiale en Afrique et dans les pays de la région MENA
  • Performance de l’entreprise familiale
  • Les femmes entrepreneurs en Afrique et dans les pays de la région MENA
  • Le Social Business en Afrique et dans les pays de la région MENA
  • L’entrepreneuriat dans les marchés émergents et la nouvelle économie
  • Meilleures pratiques de gestion dans les pays d’Afrique et de la région MENA
  • Entrepreneuriat et innovation numériques/technologiques en Afrique et dans les pays de la région MENA
  • Improvisation stratégique et agilité dans les contextes changeants de l’Afrique et des pays de la région MENA
  • Fusions et acquisitions en Afrique et dans les pays de la région MENA
  • Les stratégies des entreprises multinationales en Afrique et dans les pays de la région MENA
  • International entrepreneurship
  • Méthodes et modèles commerciaux innovants et avancés en Afrique et dans les pays de la région MENA

La portée de la conférence n’est pas limitée à ces thèmes. Les nouvelles idées et théories dans tous les domaines de l’entrepreneuriat, de l’innovation et de l’entreprise familiale sont les bienvenues.

Comité scientifique :

  • Abdoulkadre Ado, University of Ottawa, Canada
  • Kent Baker, American University in Washington DC, USA
  • Moujib Bahri, Université du Québec, Canada
  • Andrea Calabrò, IPAG Business School, France
  • Imed Chkir, University of Ottawa, Canada
  • Fatma Choura, Tunis El Manar University
  • Manlio Del Giudice, Unilink University Rome, Italy
  • Ilaria Dalla Pozza, IPAG Business School, France
  • Emna Gara, University of Tunis, Tunisia
  • Stéphane Goutte, University of Paris 8, France
  • Sarah Jack, Stockholm School of Economics, Sweden
  • Kose John, New York University, USA
  • Magnus Klofsten, Linköping University, Sweden
  • Norris Krueger, University of Phoenix, USA
  • Janelle Mann, University of Manitoba, Canada
  • Sondes Mbarek, Institut Mines-Télécom Business School, France
  • Karim Messeghem, Montpellier University, France
  • Sarfraz Mian, State University of NY, at Oswego, USA
  • Frédéric Nlemvo Ndonzau, Neoma Business School, France
  • Frédéric Nlemvo Ndonzau, Neoma Business School, France
  • Allan Riding, University of Ottawa, Canada
  • Samir Saadi, University of Ottawa, Canada
  • Chiraz Saidani, University of Tunis, Tunisia
  • Koray Sayili, DePauw University, USA
  • Yuliya Snihur, Toulouse Business School, France
  • Khaled Tamzin, University of Sousse, Tunisia
  • Olivier Toutain, Burgundy School of Business, France
  • Merrill Warkentin, Mississippi State University, USA
  • Shaker Zahra, University of Minnesota, USA